NOUVELLES DE CULTURE ET SOCIÉTÉ
Tous les enfants sont bons
Décembre 2019

Espace féministe

Femmes Féministes à Fuerteventura, sras.feministas.ftv@gmail.com

De quoi parlons-nous quand nous parlons de maternité

Nous parlons du lien d'amour qui apparait dès la grossesse et qui est si fondamental lors de cette étape qui affecte l'affectivité et la conduite jusqu'à la phase adulte. La nature crée toute une série de mécanismes hormonaux et cérébraux pour préparer la femme à cette importante tâche et le bébé naît programmé à s'attendre aux soins de la mère qui l'a porté. Dans les systèmes patriarcaux où la femme est soumise financièrement et personnellement à l'homme, la maternité est imposée et un handicap, c'est pourquoi les féministes pionnières s'en sont méfiées. De nos jours, devenir mère ou non semble être une option. Mais dans notre modèle individualiste, matérialiste et d'adulte en position centrale, qui fait passer l'Économie avant la Vie, la maternité est méprisée, prétendant que la mère qui porte l'enfant, accouche, allaite, élève, peut être substituée d'un jour à l'autre et pousse la mère à se séparer de son enfant à cause de craintes professionnelles, omettant les blessures émotionnelles des deux parties. Le machisme traditionnel emprisonne la femme dans la maternité, l'hypocrisie néolibérale nous défie de nous mesurer à l'homme pour des capacités professionnelles, reniant nos nécessités biologiques et émotionnelles et méprisant les êtres les plus vulnérables, alors que les différences salariales et plafonds de verre sont toujours admis. Nous avons besoin de plus de droits pour la maternité, des aides financières non contributives et des mesures de conciliation lors du retour au travail pour réellement faciliter la vie familiale. L'écoféminisme, le féminisme de la différence, les « Maternités féministes » de la Plateforme PETRA, plaident pour une reconnaissance de l'importance de la relation mère bébé, d'une grossesse désirée, de l'accouchement respecté, de la recommandation de l'OMS de l'allaitement maternel de six mois et de l'attachement sûr. Elles veulent la répartition des tâches et le soutien lors du post-partum, tout en respectant les nécessités maternelles à la naissance du bébé, en ayant le reste de la vie pour partager les soins de façon équitable. Comme le souligne Ibone Olza, psychiatre périnatale et féministe, mère et père ne sont pas identiques, les deux sont importants, mais à des étapes différentes. Soutenir la maternité et le bébé, c'est investir dans une société plus saine, qui a de l'empathie et qui est psychologiquement stable.

 

nous aimons