HOME CANARIAS
MULTIOPTICAS
HAPPY PLANTS
RENE EGLI
MÁRMOLES EL CHARCO
PANORAMA CREATIVO
PATRONATO DE TURISMO
PLAYITAS RESORT

PUBLIREPORTAGE

SALOMÉ SÁNCHEZ - PAPETERIE ANDRÓMEDA

Joyeux Anniversaire Andrómeda!

FMHOY - Fuerteventura

PUBLIREPORTAGE

SALOMÉ SÁNCHEZ - PAPETERIE ANDRÓMEDAL’entreprise Andrómeda a maintenant 25 ans d’existence. C’est une longue carrière menée avec force et entrain principalement par Salomé Sánchez, bien qu’en ce moment autant son mari que ses trois enfants fasse partie intégrante de l’entreprise.
Les débuts furent difficiles après une maladie grave et un diagnostic qui l’empêchait de conduire, il lui est venu l’idée d’avoir « quelque chose à elle, dont elle puisse s’occuper seule ».
Nous voulions parler de tout ceci directement avec elle afin que nos lecteurs aient un exemple à suivre pour beaucoup de personnes en difficulté.

Salomé, quand et comment est née cette idée d’avoir « quelque chose à vous » comme Andrómeda ?

Cela faisait deux ans que j’étais Conseillère de la Culture de Pájara et j’ai dû démissionner à cause d’une maladie. En ce temps les conseillers n’avaient pas le droit au chômage. Dés que j’ai pu, je suis allée travailler avec ma tante. Un jour j’ai demandé à mon mari de faire des modifications dans le garage avec l’idée de faire une petite librairie à l’intérieur et de cette façon, je pouvais être à la maison avec les enfants en même temps.
Avec environ un million de Pesetas (d’un règlement unique de la Sécurité Sociale), j’ai acheté des étagères, une caisse et un téléphone-fax. Je n’avais déjà plus beaucoup pour acheter la marchandise !
Avec une amie, je suis allée à Tenerife et en demandant et cherchant, nous avons trouvé deux fournisseurs. Un pour la papeterie et l’autre pour le bazar et les cadeaux. Ensuite à las Palmas j’ai trouvé deux autres entreprises. Ce furent mes premiers fournisseurs. J’ai commencé seule la librairie, je ne vendais qu’aux personnes du village. C’était en 1989.

Quand-est-ce que votre territoire d’action s’est-t-il agrandit au reste de l’ile ?

Quand j’ai commencé à conduire. Je me suis décidée à aller rendre visite à certains commerces et j’ai voyagé tout autour de l’ile tous les jours, du Nord au Sud. J’avais une petite liste de matériel que je pouvais offrir et j’ai commencé à accumuler les clients surtout dans les zones touristiques et les écoles.
A cette époque le matériel informatique ne se vendait que très peu, mais selon ce qu’on me demandait, j’ai augmenté le nombre de produits également. En général tout ce qui était nécessaire pour un bureau à cette époque.

Vous souvenez-vous de vos premiers clients ?

Oui, avec gratitude. À Jandía ce fut l’Hôtel Casa Atlántica et Robinson Jandía Playa.
À Costa Calma, l’Hôtel Mónica Beach, l’Hôtel Taro et l’Hôtel Sotavento et à Corralejo, l’Hôtel Riu Tres Islas et le Riu Oliva Beach. Il y avait aussi quelques constructeurs.
Au début je sortais certains jours pour rendre visite aux clients et d’autres pour livrer la marchandise.
Quand l’entreprise a commencé à croitre, nous avons employé Pepa, Asu et Nieves, qui furent nos premiers employés, mais je faisais toujours seule les ventes et les livraisons.

Et ainsi, jusqu’à aujourd’hui ?

Non, il y a eu la crise en 1993 qui fut très dure. L’entreprise a arrêté de fonctionner parce que les clients ne pouvaient plus payer les factures à cause de leurs problèmes financiers.

Quand-est-ce que votre mari Teófilo Sánchez a joint l’entreprise ?

C’est à cette époque que j’ai suggéré à mon mari de quitter son travail afin que nous travaillions ensemble. Il n’était pas trop convaincu, mais il le fit et nous avons formé une société où nous avions chacun nos responsabilités. Lui réceptionnait la marchandise et je la vendais puis il la livrait.

Teófilo. – ce fut difficile de prendre la décision de quitter mon emploi dans les Travaux Publics à l’Ayuntamiento de Pájara où je travaillais depuis longtemps.

Salomé. – Mais il a décidé de m’aider et nous avons commencé à nous améliorer. Nous avons commencé à aller aux foires sur la péninsule et à connaître des fournisseurs en direct.

Il semble que vous soyez un couple qui se complète…

Salomé. – Nous nous connaissons depuis l’âge de 13 ans, depuis l’école !

Teófilo. – Elle est une personne très active, elle de peut pas se déconnecter et ne se repose à peine, même pas pour manger. Je suis plus tranquille, j’aime pêcher, me reposer dans ma ferme les week-ends.

Salomé. – Quand je ne travaille ou ne pense pas, je me sens mal.

Une des façons de vous déconnecter un peu est d’écrire. Parlez-nous de cette facette.

Oui, ça me sert un peu à vider ma tête du travail. J’aime écrire de la poésie et en ce moment je suis en train d’écrire une biographie qui rassemble toute ma vie. Depuis mon plus jeune âge, j’aimais étudier et je n’ai pu le faire pour des raisons financières de ma famille à cette époque. J’aurais aimé être institutrice, mais j’ai du arrêter les études très tôt pour aider ma famille.

Revenant à l’actualité, après tant d’années de travail et de lutte, Andrómeda est une entreprise solide, et pionnière d’un service à Fuerteventura…

Oui, nous avons maintenant 17 employés en plus de mon mari et moi-même et nos trois enfants qui ont chacun un rôle différent.
Nous avons un magasin ouvert au public à Pájara de 180 m2, un entrepôt de 1.500 m2 et un hangar à Gran Tarajal que nous utilisons aussi comme entrepôt.
J’aimerais qu’Andrómeda vive une deuxième génération, se serait une grande fierté pour Teófilo et moi.

NOUVELLES LOCALES
• The gagnant du Prix National de Gastronomie 2006, Paco Roncero, à Taste Fuerteventura
• Étude de l'état de préservation du Vautour percnoptère (Guirre) dans les Canaries par le Conseil de Politique Territoriale
• Le Frente Polisario débute à La Oliva sa tournée en quête de soutien pour la cause des Sahariens
• Youssou Ndour et The original Wailers monteront sur scène en juillet lors de Fuerteventura en Música
• Le Gouvernement des Canaries fait la promotion du renforcement du secteur de l'huile d'olive vierge extra des Iles
• Nouvel équipement pour les centres d'appels de l'Ile afin d'améliorer le service
• Déplacement de cinq ânes sauvage à la Ferme Expérimentale de Pozo Negro
• La Oliva travaille sur sa stratégie touristique sur le marché allemand qui renaît dans le nord de Fuerteventura
• Sept femmes reçoivent des récompenses du Cabildo et des six ayuntamientos lors de la Journée Internationale de la Femme
• Les travaux sur l'ancien Stella Canaris commenceront en mai
QUI EST QUI DANS FUERTEVENTURA
• Alfonso Girón - Directeur de l'Hôtel Barceló Castillo Beach Resort
• Gregorio Benítez – Coordinateur de Formation des Centres de Travail et responsable du Service des Relations avec les Entreprises du CIFP Majada Marcial
• Aida Le Pesqueur, Margarita Bethencourt et Inés Nájera – Organisatrices de CONSCIENTIS - Fuerteventura
SANTÉ ET BIEN-ÊTRE
Trésors homéopathiques : Gelsemium
• Médecine traditionnelle chinoise (M.T.C.) - Comment trouver un bon acuponcteur – 4e partie
• En forme grâce au jeûne - Un conseil médical du Docteur Bludau
• Le plancton marin - Montse Puyol - Fundación Aqua Maris
• Inspection régulière des grains de beauté pour la prévention du cancer de la peau - Clinica Principal
ASTRONOMIE
• Printemps : les températures douces qui nous invitent à profiter du ciel de nuit
CULTURE ET SOCIÉTÉ
• Le fromage Majorero de Fuerteventura, parmi les meilleurs au monde
• Projet de récupération du barranco de Río Cabras
• Ce que raconte la légende…L'arbre Garoé
QUE SE PASSE-T-IL DANS TA MUNICIPALITÉ
• ANTIGUA
• BETANCURIA
• LA OLIVA
• PÁJARA
• PUERTO DEL ROSARIO
• TUINEJE
LE COIN DES ÉTRANGERS
• Rapports de Police et fausses plaintes